L'association JVSI - Interview du Président

J'ai connu l'association JVSI lors de recherches actives d'un lieu de stage à l'étranger pour mes études d'infirmière. L'envie de découvrir un autre système de santé et des professionnels avec des pratiques et des approches médicales différentes. C'est donc l'association JVSI qui a organisé notre stage avec l'institution - dispensaire Regina Pacis en 2017. Depuis lors, je garde un contact étroit avec l'association et le dispensaire.


Voici l'interview de Monsieur Alexis Kombaté , président de l'association...

Présentation et parcours dans le monde associatif


"Bonjour, je me présente, je suis Kombaté Bakinampar K II, mon petit nom c'est Alexis. Je suis le président fondateur de l'association Jeunes Volontaires pour la Solidarité Internationale - JVSI. J'ai commencé mon parcours dans le monde associatif depuis 1998 où je militais au sein d'autres associations et organisations. J'ai été amené au monde associatif en 2003 par le biais de mon papa, Monsieur Kombaté Charles K qui était directeur de l'ONG Secours et Aide pour le Développement (SAD). Dans le cadre de mon intervention au sein de son ONG, je suis intervenu en temps qu'aide comptable et j'ai pu participer à pas mal de formations et d'activités dans le domaine associatif. Donc SAD qui était l'association de mon feu papa, était une association qui luttait pour le bien être des enfants et plus précisément contre le trafic et travail des enfants. Il était également membre du réseau RELUTET qui est le réseau des associations de lutte contre le travail des enfants.


Comme dit précédemment, c'est en 1998 que j'ai commencé dans le monde associatif comme volontaire puis, après quelques années d'expérience, je suis devenu bénévole et, par la suite, je me suis engagé aux côtés de mon papa.


À partir de 2007, avec certains de mes frères, nous avons décidé de mettre en place notre propre structure. Non pas que les structures avec lesquelles nous avons travaillé n'étaient pas bien mais juste que le développement est comme un Baobab, une seule personne ne peut pas l'enlacer. Donc, nous nous sommes dit pourquoi pas créer également une structure qui serait purement dans le volontariat et, ainsi, apporter notre modeste contribution dans le développement de notre pays, le Togo. Pourquoi je dis le Togo car notre association n'intervenait que ici et on ne travaillait que les étés et parfois nous accueillions quelques volontaires internationaux pour des stages dans des domaines particuliers. Après les tracas administratifs, l'association a vu le jour et j'en était son président de 2008 jusqu'en 2011".


Pourquoi avoir créer JVSI?


"En 2011, j'ai décidé de quitter l'association en lien avec des divergences d'opinions avec certains points clés. En décidant de partir, j'avais pas mal d'idées et de choses que je voulais mettre en place sur lesquelles je n'avais pas la main libre dans l'ancienne association, notamment pour piloter mes projets et tout ce que j'avais en tête. Ma vision était claire et, de fait, l'association JVSI a été crée.


En 2012, les activités de l'association JVSI ont commencé et la légalisation de l'association à été faite au travers des papiers administratifs (autorisations et récépissé de déclaration officielles). C'est ainsi que nous avons commencé notre petit bonhomme de chemin.


Que propose l'association ?


De 2012 jusqu'à ce jour, nous avons mis en place pas mal de projets. Nous avons travaillé dans plein de villages et nous avons également décidé de donner à JVSI une portée internationale donc nous intervenons également au Sénégal, au Bénin, au Ghana, au Burkina Faso.


Concernant les actions, nous avons construit des WC éco-sanitaires dans le village de Zafi, douze au total. Nous avons mené des campagnes de sensibilisation pour la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles, le paludisme, la distribution de moustiquaires imprégnées, de présevatifs, de différentes sortes de gadgets. C'était des activités ciblées vers une population qui était dans un besoin particulier.


Dans le même temps, nous avons mis en place le projet d'alphabétisation des femmes en milieu rural, projet qui a également fait son petit bonhomme de chemin. Les volontaires internationaux venaient, on les préparait et ils se rendaient sur le terrain avec les femmes qui avaient soif d'apprendre pour pouvoir assister leurs enfants dans leur cursus scolaire et aussi pour pouvoir gérer au mieux leur activité génératrice de revenu. Donc c'était un tout. Il y avait également des femmes référentes dans le village qui travaillaient avec les volontaires, qui venaient pour donner les cours aux femmes. Dans ce projet, il y avait pas mal de volets: couture, intégration, cuisine, alphabétisation. Les volontaires étaient également là pour aider les femmes dans leur activité génératrice de revenu. Par exemple, le volontaire était là avec la dame qui vendait ses beignets par exemple et le volontaire l'aidait à préparer et vendre les beignets, à faire les comptes, gérer son activité de façon claire. On parle d'un projet d'alphabétisation mais c'était un projet global pour aider ces femmes en milieu rural.


À côté de ça, il y a également les activités de soutien scolaire que nous menons, non seulement à Zafi mais également dans d'autres villages. Egalement pas mal de partenariats locaux se sont développés pour accueillir plus de volontaires et avoir un impact beaucoup plus significatif sur le terrain. Par exemple, des stages en journalisme, dans le domaine des énergies, de la santé, de l'architecture et aménagement. JVSI est sur pas mal de fronts.


Pour réussir à bien cadrer ses missions JVSI a donc développé des partenariats locaux avec des structures qualifiées dans des domaines précis. Lorsque les volontaires nous sollicitent pour des missions ou stages, nous faisons des placements de ces volontaires dans ces structures spécialisées qui les encadrent dans leur mission quant bien même nous avons un suivi de notre côté grâce aux animateurs qui abattent un travail monstrueux sur le terrain. Donc par exemple, que ce soit au Ghana, au Togo, au Bénin, au Burkina Faso, l'activité se déroule toujours de la même manière: nous assurons la sécurité de nos volontaires en les accompagnant, en les assistant et ce travail de terrain est donc effectué par nos animateurs locaux. Nous avons une équipe au Bénin, au Togo, au Ghana et au Burkina Fasso. N'empêche que, comme la coordination de l'association se trouve au Togo, quand vient le moment des activités dans ses pays là, nous déplaçons des animateurs togolais également qui vont sur le terrain pour appuyer les équipes des pays de mission, toujours pour assurer le bon déroulement des activités et surtout pour un transfert de connaissances puisque tout est parti du Togo, ceci afin mieux outiller les animateurs des autres pays.


Il y a donc pas mal de projets en cours, pas mal de réalisations. Au Ghana, par exemple, les missions soutien scolaire et médicale sont proposées avec également des partenariats locaux. Au Bénin également, nous avons des d'activités surtout dans le domaine environnemental. Nous avons beaucoup travaillé avec des groupes de scouts venant d'Ile-de-France et de Belgique. En gros, chaque année (avant la période COVID), JVSI accueillait au moins une cinquantaine de volontaires, venant de différents horizons. Bien que le plus grand nombre des volontaires venaient surtout de pays francophones car la majorité des pays dans lesquels JVSI intervient sont des pays francophones (hormis le Ghana). C'est pour ainsi dire que le volontaire vient de la France, de la Belgique, du Canada, de la Suisse. Certains sont aussi venus d'Italie et d'Espagne.


Un gros projet est actuellement en cours, la construction d'un lieu d'accueil d'orphelins et d'enfants vulnérables qui est a débuté en 2014. Même durant cette période de COVID, JVSI a mené pas mal d'actions sur le terrain pour soutenir, dans un premier temps, les associations et organismes partenaires. Nous avons distribué des dispositifs de lavage des mains et des gels hydroalcooliques pour leur permettre de lutter encore plus efficacement, à leur échelle, contre la COVID. On a également distribué des denrées alimentaires dans les orphelinats avec lesquels nous sommes partenaires. Beaucoup d'informations sont encore mentionnées sur le site web.


Depuis 2011, JVSI a mené beaucoup d'actions sur le terrain comme vous l'avez compris. L'association a également assuré le suivi et l'évaluation pour ces projets afin de les rendre pérennes. C'est dire que, toujours dans la lutte pour le bien-être des populations péri-urbaines notamment des enfants et des jeunes, JVSI compte juste appuyer ce qui est déjà sur le terrain et pourquoi pas amener d'autres idées, d'autres orientations pour des nouveaux projets répondant surtout aux besoin spécifiques manifestés par les populations.


Quels projets pour la suite?


Nous comptons continuer dans cet élan, c'est pourquoi JVSI a ouvert pas mal d'éventails pour que des bonnes volontés, des personnes qui veulent nous soutenir, des personnes qui souhaitent communiquer et oeuvrer pour soutenir JVSI se joignent à nous. Actuellement nous avons notamment Mademoiselle Joëlle qui est une ancienne volontaire et qui, aujourd'hui, est une membre active a part entière dans l'association. Egalement Nicolas et son épouse, deux jeunes Français qui nous soutiennent. Maman Jacqueline David qui nous soutient depuis l'Espagne. Le vice président de JVSI, m. Rodrigue, qui est le représentant légal de l'association en France. M. Maurizio Parro, artiste suisse qui nous soutient également depuis la Suisse et la France. Toutes ces personnes là nous permettent, petit à petit, d'avancer sur les projets. Mais la porte reste ouverte à toute bonne volonté qui voudrait soutenir l'association, partager son expérience avec nous, apporter un nouvel élan, un nouveau souffle pour propulser l'association dans une autre dimension encore supérieure à celle où elle se trouve actuellement. JVSI aspire à devenir une ONG qui aura beaucoup d'activités a mener et qui va continuer à apporter de bonnes choses aux populations dans différents domaines (agriculture, construction d'infrastructures, etc). Différents projets sont là et n'attendent qu'un petit coup de pouce pour éclorent."


"Merci à vous qui nous avez suivi, pour votre aide et votre soutien. Si vous avez des questions nous sommes toujours disponibles pour vous répondre".









13 vues

Posts récents

Voir tout