Jolies histoires d’infirmière

La vie au Togo est rythmée par la couture, mon engagement bénévole dans une association locale ainsi que dans un dispensaire de la banlieue de Lomé. Une fois arrivée en Suisse, je revêts ma tenue d’infirmière à domicile.


En ces temps difficiles, je pourrais rappeler que le travail d’infirmière n’est pas uniquement de faire des piqûres et de laver des fesses mais c’est également accompagner des patients dans leurs derniers jours, soutenir des familles, gérer des angoisses, des peurs, des violences parfois. Mais c’est aussi, et surtout, de nombreux moments touchant et drôles, en voici quelques récits (les prénoms sont fictifs):


M. Jean est un monsieur de 65 ans que j’ai rencontré en stage à l’hôpital, en chirurgie. C’est un monsieur aux traits sympathiques, une barbe grise de quelques jours (non... de quelques mois enfaite!). C’est de sa seconde jambe que m. Jean a été amputé suite à de grosses problématiques en lien avec son diabète. Un jour, j’arrive dans sa chambre pour l’aider à se laver. Nous allons à la salle de bain, m. se lave le haut du corps et c’est ensuite qu’il me dit:

- « mademoiselle, nous pouvons maintenant laver les sous-bassements ». Les sous-bassements... j’ai évidemment beaucoup rigolé!

Une fois bien propre, m. Jean retourne près de son lit et je lui demande naïvement, avec une chaussette à la main:

- m. Jean je ne trouve plus votre deuxième chaussette...

C’est en rigolant qu’il me dit : 

- « mais... mademoiselle! Je n’ai plus de pied et d’ailleurs j’ai des chaussures à vendre si ça vous intéresse! ».

Après 6-7 mois d’hôpital, m. Jean se tient sur ses deux jambes, grâce à ses prothèses. Un m. Positif et plein d’auto-dérision !


Madame Rita est une petite dame Italienne avec un accent chantant, un sourir jusqu’aux oreilles, des cheveux blancs courts. Elle file avec son rollator a une vitesse folle et l’oublie même parfois dans un coin de sa maison...pas très sécure ça coquine de grand-maman. C’est un matin que je me rend chez elle pour l’aider aux soins d’hygiène. Je m'assieds quelques minutes vers elle. C’est là que Mme Rita me dit avec son petit sourire: « enfaite, vous vous levez le matin pour aller laver des culs! ». Ma fois je ne peux pas lui donner tort! Après les soins elle s’installe devant le Télé journal et me montre les présentateurs en me disant: « regardez c’est un beau celui là! ».


Mme Juliette est une dame âgée qui perd de plus en plus de force et d’autonomie mais qui garde un humour incroyable. Elle est toute maigre, un peu courbé mais garde son beau sourire et des yeux pétillants. A de beaux cheveux blancs comme neige qui brillent. C’est en l’accompagnant à la salle de bain pour sa douche, lorsqu’elle enlève lentement sa robe de chambre qu’elle me dit : « c’est parti j’ouvre la guinguette !! ». Et là je rigole et je trouve cette phrase si mignonne que ça m’est resté.


Feu monsieur Bertrand était un grand papa qui n’aimait pas qu’on l’embête pour se laver mais qui acceptait quand même. le genre de grand papa bouguon mais gentil. Il était un gendarme de la route. Pendant que nous faisons sa toilette, je lui demande: « dites moi monsieur Bertrand... vous étiez gendarme de la route mais avez vous aussi fait des excès de vitesse? ». Il me répond en souriant, je cite: «oui une chier ! ».


À bientôt!


35 vues

Posts récents

Voir tout